Logo
Pensée du jour : Quel que soit le père de la maladie, un mauvais régime en est la mère. Georges Herbert

Qu'est-ce que la chronobiologie ?

Lumière, rythmes et cycles

Définition

La chronobiologie est la science qui étudie les relations entre le facteur temporel et les êtres vivants. Elle se réfère aux sécrétions enzymatiques et hormonales de l'organisme humain, dont les variations dépendent de synchronisateurs externes : les horaires d'activités, la lumière ou la nuit, la veille ou le sommeil, la faim ou la satiété. 
 
 
Encore aujourd'hui, médecine, biologie et physiologie appliquent le principe hérité de Claude Bernard, physicien  du XIXème siècle, partant de la notion d'une stabilité constante du milieu organique : l'homéostasie. D'après les recherches au XX siècle, du biologiste français Alain Reinberg du CNRS, ce grand principe n'est vrai qu'en apparence. En effet, les recherches des 50 dernières années prouvent que toutes les activités biologiques et physiologiques varient dans le temps et les phénomènes périodiques sont à la base de toute vie organique. 
 
Il existe une multitude de rythmes, de cycles, de pulsations. 
  • Les rythmes « circadiens » d'à peu près 24h règlent la température corporelle, le cycle de cortisol…
  • Les  rythmes de durée inférieure  dits « ultradiens »  règlent le sommeil paradoxal,  fréquence cardiaque, comportement alimentaire…
  • Les rythmes » circaceptidiens » d'une durée de 7 jours qui jouent un rôle dans  l'immunité et la pression artérielle …
  • Les rythmes « circatrigintidiens » d'un mois environ qui pourraient régir les sécrétions urinaires …
  • Les rythmes « circaniens » d'une durée sensiblement égale à l'année  dont  leurs déphasages pourraient être à l‘origine de certaines maladies, de troubles du comportement alimentaires ou d'un comportement agressif.
 
La chronobiologie conduit à de nouvelles conceptions de la physiologie, de la médecine, de la nutrition, de l'hygiène, des rythmes scolaires, des décalages horaires, de la toxicologie et de la thérapeutique. Une des premières applications de la chronobiologie est l'administration de médicaments à des heures de sensibilité plus grande des organes récepteurs, ou de moindre toxicité pour l'organisme.
N'oublions jamais que les rythmes biologiques caractérisent la vie, ils sont la vie !
La biologie de nos métabolismes induits par l'horloge interne qui régit notre corps a donc donné naissance à la chronobiologie, véritable axe de réflexion et discipline à part entière de la médecine. 
 

L'horloge  interne

Le rythme "circadien" est l'expression de l'horloge interne de notre cerveau, horloge régulièrement remise à l'heure par …l'œil!
Cet œil, qu'il soit ouvert ou fermé, et même à 1 m 50 sous la terre, capte la lumière du jour grâce à des neurones spécifiques qui vont ensuite transmettre cette information à l'intérieur du cerveau, dans une petite zone située dans l'hypothalamus, et ainsi affecter de nombreuses fonctions biologiques du corps.
 
 
Au réveil, l'action de la rétine va ainsi contrôler la libération de corticoïdes ou cortisol en faisant augmenter la température corporelle et monter la pression sanguine pour mettre le corps en route. 
Ce cortisol a une action anti-inflammatoire et est responsable de la force musculaire, des modifications de structure osseuse, de la fixation du calcium, de la redistribution des graisses … Il est présent dans une journée sous formes de 4 principaux pics entraînant à chaque fois une hyperglycémie qui déclenche une sécrétion d'insuline par le pancréas. Cette hyperglycémie active les centres de la faim et de la satiété.
Le soir, notre horloge interne éteint peu à peu les signaux de l'éveil et active la synthèse par la glande pinéale d'une hormone, la mélatonine. C'est elle qui est responsable de la régulation des rythmes du sommeil, elle joue un rôle clé en signalant l'heure de la journée ou la saison et participe ainsi à la régulation de l'horloge biologique du corps.
 
Des neurotransmetteurs ont un rôle essentiel dans l'organisme notamment au niveau du cerveau permettant ainsi par les différents réseaux d'agir sur les troubles du comportement, de la vigilance, anxiété, agressivité, stress, l'activité motrice, la motivation, la sociabilité, l'appétit, le métabolisme. La dopamine joue un rôle de starter dans un projet ou une action avec sensation de satisfaction et de plaisir, la noradrénaline est l'accélérateur, et la sérotonine  hormone du calme et de la satiété, avec son  rôle inhibiteur agit sur la qualité du sommeil, l'équilibre de l'humeur, l'attention et l'apprentissage.
Donc, lorsque vous vous levez le matin, vous avez un projet ou une action mener, le starter qui vous fait démarrer la journée et aller au travail, c'est la dopamine. Lorsque vous travaillez, il faut tenir toute la journée et c'est alors la noradrénaline qui prend le relais et vous apporte l'énergie pour la journée, la noradrénaline est un accélérateur.
Le problème vient dans la plupart du temps du troisième neuromédiateur qui est la sérotonine. L'absence de sérotonine est un frein naturel à votre projet. La sérotonine régule en plus la satiété, d'où des envies de grignotages. 
Les personnes qui manquent de sérotonine sont stressées, ont des problèmes digestifs, se plaignent et s'énervent facilement car débordées d'un rien, sont fatiguées et parfois irritables. La sérotonine enfin, régule le sommeil car elle est le précurseur de la mélatonine qui est l'hormone du sommeil.
 

Influence  sur  la  nutrition

En matière de nutrition, en stimulant ces neurotransmetteurs, on peut intervenir dans la régulation de l'appétit. Cela se fait en apportant des acides aminés, précurseurs biochimiques de ces neurotransmetteurs, dans des conditions d'environnement alimentaire, de temps et de quantités précises. Ainsi la chrononutrition® s'harmonise avec les biorythmes personnels, corrigeant à la fois les carences et excès visibles sur la silhouette, tout en optimisant la régénération de l'organisme pour une meilleure santé psychique et physiologique.
En micronutrition, la notion de chrononutrition s'est largement développée, en favorisant certains choix de supplémentations alimentaires selon le moment de la journée.
Plus généralement, il apparait tout l'intérêt que l'on a à garder une stabilité dans notre équilibre de vie, et ce afin de déstabiliser au minimum ces rythmes endogènes si complexes et fragiles. C'est lors de ces déséquilibres notamment que l'on retrouve des prises de poids "inexpliquées" ou tout du moins incomprises, une perte de la qualité du sommeil, une altération du caractère …
Le biochimiste Urs Albretch préconise des solutions simples pour fortifier notre horloge interne : des heures de repas et de coucher les plus réguliers possible et surtout une exposition à la lumière naturelle, 10000 fois plus intense que la lumière intérieure,  d'au moins 1 heure par jour pour « remettre les pendules internes à l'heure ». 
Holiform : se lever tôt, trois quart d'heure d'apprentissages et d'activités physiques avant un petit déjeuner vitaminé dans l'heure qui suit le réveil, un déjeuner et un goûter à heures fixes, un dîner avant 20h, un coucher avant 22h, lire ce qui favorise l'endormissement et dormir dans une chambre fraîche complétement dans le noir.