Logo
Pensée du jour : Se coucher tôt et se lever tôt procure santé, fortune et sagesse. Benjamin Franklin

Qu'est-ce que la chrononutrition® ?

Respecter la chronobiologie de notre corps

Définition

La chrononutrition® consiste à manger le bon aliment, au bon moment et en bonne quantité, en tenant compte au quotidien de la chronobiologie de l’organisme, et en revenant à des aspects de nutrition millénaire que la civilisation a fait perdre à l’être humain. La chrononutrition®, méthode élaborée en 1986 par le Dr Delabos et du Pr Râpin auprès desquels j’ai été formé, repose donc sur le respect des rythmes biologiques.
 

Les origines

Les paléontologues ont démontrés depuis longtemps que l’humain primitif était chasseur-cueilleur et suivait un rythme  alimentaire journalier et saisonnier qui assurait sa survie :
  • Lever tôt, il s’hydratait
  • S’activait à la chasse et mangeait en premier les organes riches en graisses de sa proie, et les entrailles des herbivores contenant  des végétaux prédigérés riches en sucres lents et en fibres, et enfin les muscles riches en protéines.
  • Il consommait fruits ou légumes (enzymes, vitamines, minéraux, fibres), graines (acides gras essentiels) et racines (nutriments variés) le reste de la journée tout en s’hydratant
Même si l’humain ne lutte plus contre le froid ou la chaleur et un environnement hostile, les activités et efforts s’étirent en journée tout en provoquant fatigue et stress. Les modes de vie civilisés ont vu apparaitre le repas du soir, modifiant ainsi la structure du repas de l’après-midi. L’industrie agricole et les techniques de production ont définitivement éloigné l’humain de sa vraie nature, faisant le lit aux troubles fonctionnels, aux pathologies dites de civilisation, à la baisse d’énergie et la prise de poids.
 

Perte de poids en pratique

La chrononutrition® permet de modifier dans le temps le comportement alimentaire, en variant les plaisirs sains d’une alimentation vivante conforme à l’alimentation ancestrale, avec des cuissons douces qui altèrent moins les protéines et conservent enzymes, vitamines et minéraux.
Il n’existe pas de vaccin contre la prise de poids, mais des méthodes interdépendantes pour parvenir à trouver son propre équilibre loin de régimes feu de paille d’une saison. Votre Programme Holiform spécifique Gestion de Poids suivra votre horloge interne, et écoutera la sensation de faim rythmée par les pics de cortisol pour ajuster vos repas en couvrant vos besoins journaliers. Une supplémentation adaptée à la perte de poids vous sera proposée.
En chrononutrition® on s’attache plus aux valeurs nutritionnelles qu’aux calories, plus au volume et aux centimètres qu’aux kilos et à la balance ! On restructure la silhouette parfois sans pour cela perdre beaucoup de poids, ce qui est perturbant tant le syndrome de la balance est encore ancré.
 
L’exemple du cholestérol : La synthèse endogène du cholestérol suit le rythme de l’enzyme HMG-CoA réductase dont le pic d’activité est le matin. Le matin, l’organisme a donc besoin de gras saturé. Il ne faut donc pas prendre d’antioxydants le matin puisqu’a lieu un phénomène d’oxydation naturelle de l’organisme. Place aux bonnes graisses ! Charcuteries, vrai beurre, fromages, œufs, et un peu de sucres lents pour l’énergie, comme du pain aux céréales. Attention, par contre à ne pas consommer ces aliments le soir car l’enzyme est alors à son activité minimale, donc vous stockerez sous forme de graisses ! Le cholestérol qu’il y a dans les aliments est le médicament du cholestérol qui se trouve dans le sang, à la  condition impérative de le prendre le matin. On baisse son taux de cholestérol en en consommant le matin ! Résultats d’analyses sanguines à l’appui !
 
Bannir les sucres du matin : Par exemple, contrairement aux sucres lents, les sucres rapides sont stockés le matin et le midi. On grossit donc en mangeant des sucres rapides le matin (confiture, miel, pâtisseries, céréales, viennoiseries, biscottes, pain de mie industriel, yaourt…à bannir !) et le midi (gâteau, yaourt, sucre dans le café…). Le pancréas, très réactif le matin, s’épuise lors d’une ingestion sucrée en sécrétant un maximum d’insuline pour gérer le sucre en excès dans le sang. Ce type d’alimentation malheureusement courante mène vers un état diabétique, de plus en plus tôt, pathologie actuelle de notre civilisation.
 
Comme ce sucre s’avère difficile à métaboliser, d’autres récepteurs à insuline, plus sensibles le matin mais dont la fonction est différente, vont favoriser la mise en réserve des sucres circulants. En plus, vous ferez une hypoglycémie réactionnelle vers 11 H car vous aurez faim !!
 
Gérer le calcium : la prévention de l’ostéoporose doit se faire pendant l’enfance et l’adolescence. Passée la trentaine notre densité osseuse diminue ! Pour prendre au sérieux l’avenir de notre squelette, il n’est jamais trop tard : il faut favoriser l’absorption du calcium. La trame osseuse est constituée de collagène, d’acides aminés, de protéines. Le calcium se fixera UNIQUEMENT si on apporte des protéines de qualité en quantités suffisantes. Oublions le lait de vache et les yaourts dont le calcium ne franchit pas l’osséine humaine puisque le calcium des protéines de lait de vache est adapté au veau et non à l’humain…. Le lait de vache contenant de plus graisses, sucres, hormones de croissance, antibiotiques, OGM, herbicides, pus et matières fécales …. Préférez des fromages de brebis ou de chèvres issus de fermes locales pour votre petit-déjeuner, des eaux bien minéralisées de bonne biodisponibilité pour s’hydrater pendant la journée, des amandes au goûter et des choux et des sardines (avec les arêtes) le soir. Ceci est valable dès l’enfance ! 
De plus, il faudra du magnésium, du silicium et d’autres minéraux qui entrent dans la composition de l’os, et prendre le soleil un peu ne fera que du bien. 
Attention au grand danger des sodas ! En plus de favoriser l’obésité, ils extrudent le calcium de l’os, ce qui fait le lit aux fractures et cassures quelques années plus tard !
 

Surpoids et obésité

En pleine expansion, l’obésité devrait atteindre 20% de la population en 2025 ! Il s'agit d'un véritable fléau pour l’OMS, qui n’hésite pas à parler d'épidémie mondiale. L’obésité expose à des maladies ou accidents cardiovasculaires, métaboliques, respiratoires, rhumatologiques, en diminuant la qualité de vie et l’équilibre émotionnel.
 

 
Les causes du déséquilibre énergétique initial lié à l'obésité sont plus ou moins bien connues : 
  • Des apports alimentaires trop riches en sucres et en lipides, des rythmes alimentaires déstructurés avec grignotage hors repas et des addictions sévères (sucres, alcool). 
  • La sédentarité et une activité physique faible. Il existe une relation entre l'apparition de l'obésité et le temps passé devant la télévision, les ordinateurs et portables. 
  • Les facteurs génétiques semblaient déterminants mais des études ont montré qu’il n’en était rien car les gènes peuvent être corrigés
  • Les facteurs psychologiques et sociaux : habitudes d’achats, tendance dépressive, troubles du comportement alimentaire, solitude …
  • Les styles de vie actuels avec la réduction de l'activité physique, l’évolution des modes alimentaires car les gens cuisinent de moins en moins et consomment trop industriel, la température ambiante des logements augmentée, la prise trop facile de médicaments …
Holiform : commencez par modifier la structure d’un repas de votre journée, puis un autre… Un changement devient une habitude en 21 jours, et une habitude un automatisme en 66 jours. Soyez organisés, déterminés dans votre choix de santé, vos résultats seront à la hauteur de votre engagement !